La France des Cathédrales : un grand élan vers le ciel

Par Eric Branca pour Le Spectacle du Monde de juin 2012 "Les cathédrales furent le vecteur privilégié, à partir du XIIe siècle, de la "révolution gothique". Née en Ile-de-France, avant de rayonner au sud de la Loire et dans les pays voisins, celle-ci est indissociable d'une théologie de la lumière et d'une quête de verticalité. [...]

Publicités

L’iconographie du XIIIe siècle, miroir de la nature

"En disant que l'iconographie du XIIIe siècle est encyclopédique, on n'entend pas seulement qu'elle est cyclique, qu'elle embrasse le tout, mais que, dans son orbe immense, dont Dieu est le centre, une force secrète enchaîne et fait graviter tous les aspects de la vie. Cette conception est alors dans toute son ardeur poétique. On dirait [...]

Aux sources de l’art gothique

Article déjà publié sur ce blog le 18 août 2010 : Nous aurons souvent l’occasion d’évoquer sur ce blog l’abbé Suger, le « père » de la Basilique Saint-Denis, et donc de l’art que l’on nomme aujourd’hui gothique, mais qui fut longtemps appelé art français ou art ogival. Les bénévoles qui ouvrent au public la [...]

Tu aimeras ton église comme toi-même…

Petit rappel de quelques actions en cours des déchristianisateurs patentés de l'Eglise catholique qui est en France : En plus de la désaffectation au culte public de la basilique Saint-Vincent de Metz pour en faire un "lieu de culture à usage profane digne" après vingt-cinq années de mise volontaire sous le boisseau, mettant fin ainsi à [...]

Des hommes et des pierres

"Et voici qu'il me semble parvenir au terme d'un long pèlerinage. Je ne découvre rien, mais comme au sortir du sommeil, je revois simplement ce que je ne regardais plus. Ma civilisation repose sur le culte de l'homme au travers des individus. Elle a cherché, des siècles durant, à montrer l'homme, comme elle eût enseigné [...]

« Des églises gothiques » par Chateaubriand

"Chaque chose doit être mise en son lieu, vérité triviale à force d'être répétée, mais sans laquelle, après tout, il ne peut y avoir rien de parfait. Les Grecs n'auraient pas plus aimé un temple égyptien à Athènes, que les Egyptiens un temple grec à Memphis. Ces deux monuments, changés de place, auraient perdu leur [...]