Trésors de la cathédrale de Metz (2)

Un reportage de 1980 sur le trésor d’une Eglise « vivante et dynamique »

 

Publicités

Personnification de la Ville de Metz

Un musée de Baltimore aux Etats-Unis, The Walters Art Museum, détient depuis 1983 une oeuvre intitulée « Personnification de la Ville de Metz » datant de 1871 par le sculpteur Jean-Louis Grégoire (1840-1890) (et non Le Grégoire comme l’indique le site du musée).

pl2_27591_3qtr_bw_t83-2

Il est bien difficile de trouver des informations sur ce sculpteur, et encore plus sur cette oeuvre qui semble symboliser la souffrance de Metz prisonnière de la férule allemande.

Oeuvre qui est un beau pendant matériel au poème « Ode à Metz » de Paul Verlaine, les deux artistes étant contemporains.

Notre Dame de Metz, place Saint-Jacques

« Une autre Vierge, qui a vu les envahisseurs de 1940, semble depuis lors avoir pris la première place dans la dévotion messine : érigée en 1924, sur une haute colonne, en place publique de Metz, elle fut le réconfort de ceux qui restèrent dans la ville sous l’occupation allemande, tandis que les 200.000 Lorrains, exilés un peu partout, l’évoquaient comme une assurance de sauvegarde et de prochain retour. Cette noble statue de Jacques Martin a en outre le mérite de suggérer avec grâce et profondeur l’union du Médiateur et de la Médiatrice : le geste de protection, que l’Enfant fait de la main gauche, est guidé par le bras de la Mère. »

M. Vloberg, La Vierge et l’Enfant dans l’art français, Arthaud

NDMetz_0001

NDMetz
Source : « Metz en guerre 1939-1945 », ASCOMEMO, Editions Alan Sutton
P1000611
Assomption 2014

Metz vue par Raymond Poincaré le 8 décembre 1918

Extrait du discours prononcé à Metz le 8 décembre 1918 par M. Raymond Poincaré, président de la république, lors de son premier voyage en Lorraine reconquise :

« …Metz, l’antique cité gallo-romaine, qui a gardé, à travers les siècles, comme un témoignage de ses origines son vieux nom latin ; Metz qui fut autrefois une des digues de l’Occident contre le flot sans cesse grondant de l’invasion germanique ; Metz qui a parlé la langue romaine dont est peu à peu sorti notre français ; que les rois d’Austrasie ont, à plusieurs reprises, choisie comme capitale, qui a, pendant tout le Moyen Âge, conservé ses traditions et son idiome maternel ; Metz, dont la cathédrale a été bâtie par des artistes français, dont les archives contiennent les plus anciens manuscrits français, dont les chroniqueurs ont composé, en français, toutes les pages de votre histoire locale ; Metz, sur qui le Saint-Empire, dont l’Allemagne prussienne a usurpé l’héritage, n’a jamais eu qu’une autorité fictive ; Metz qui, avant même de se placer sous la protection de Henri II, s’était depuis longtemps tournée vers le roi de France, comme vers un tuteur de son choix et qui est définitivement entrée dans la communauté française en même temps que Toul, en même temps que l’héroïque Verdun ; Metz, contre qui se sont vainement épuisées les armées de Charles-Quint, qui proclama Henri III son Seigneur et souverain et qui fit plus tard à Henri IV une réception triomphale ; Metz, si fière aux XVIIe et XVIIIe siècles, du parlement qu’y avait installé Richelieu, si justement orgueilleuse des illustres fils qu’elle a donnés à la mère patrie, si jalouse de demeurer fidèle à l’esprit et au goût français, Metz a été, il y a quarante-huit ans, arrachée par la force à ses affections naturelles et à ses habitudes historiques, déviée de ses origines, déracinée de son passé, pour être jetée, frémissante et indignée, sous cette domination qui réveillait en elle des antipathies séculaires… »