Mots-clefs

, , , , , ,

« Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous serait impossible. » (Mt 17:20)

Les bâtisseurs de cathédrales ont réussi l’impossible : ils n’ont pas seulement déplacé des montagnes, ils les ont magnifiées, ils les ont transformées en dentelles ouvragées, en un formidable puzzle en trois dimensions d’une incroyable précision et d’une infinie délicatesse !

Quand on pense aux moyens techniques dérisoires dont ils disposaient, quelle foi phénoménale ils devaient avoir !

Le jeune Goethe l’a bien compris, qui a dédié quelques lignes à Erwin, l’un des maîtres d’oeuvre de la cathédrale de Strasbourg dont il a découvert le nom sur une tombe :

« Tu as érigé le plus beau des monuments. Si ton nom indiffère les fourmis qui grouillent autour de lui, tu partages ton sort avec Dieu qui a élevé des montagnes jusqu’aux cieux. »

D’aucuns parmi le clergé d’aujourd’hui feraient bien de s’en inspirer plutôt que de n’y opposer que du mépris.

‘Le défi des bâtisseurs’, un superbe reportage d’Arte sur la construction de la cathédrale de Strasbourg :

Publicités