Le grand miracle

Pour les anglophones, un merveilleux film d’animation mexicain sur ce que peut apporter la Sainte Messe à notre monde moderne… Mais combien de prêtres du diocèse de Metz y croient-ils encore ? Combien d’entre eux sont-ils soucieux du salut des âmes de leurs paroissiens ?

 

Bande-annonce de la version française :

 

La déchristianisation de notre pays n’est pas une fatalité. L’Église conciliaire sera très fortement secouée lors cette année 2019 ; que cela soit l’occasion pour les catholiques sincères de comprendre l’impasse dans laquelle le concile Vatican II a mené la religion qui a construit notre pays et y a laissé tant de merveilleux témoignages.

Bonne et sainte année 2019 !

Publicités

Loin de Dieu…

Loin de Dieu, le silence est une confrontation difficile avec son propre moi et avec les réalités peu reluisantes qui sont au fond de notre âme. Dès lors, l’homme entre dans une logique qui ressemble à un déni de réalité. Il s’étourdit de tous les bruits possibles pour oublier qui il est. L’homme postmoderne cherche à anesthésier son propre athéisme.

Les bruits sont des paravents qui trahissent une peur du divin, une peur de la vie réelle et de la mort. Mais « qui peut vivre et ne pas voir la mort ? Qui s’arracherait à l’emprise des enfers ? » (Ps 88, 49). Le monde occidental en vient à maquiller la mort afin de la rendre acceptable et joyeuse. L’instant du trépas devient un moment bruyant où le vrai silence se perd dans des paroles compassionnelles faibles et inutiles.

L’angoisse de ce qui ne fait pas de bruit est la manifestation de sociétés liquides qui ont développé des peurs névrotiques du silence.

Le chrétien ne peut craindre le silence car il n’est jamais seul. Il est avec Dieu. Il est en Dieu. Il est pour Dieu. Dans le silence, Dieu me donne ses yeux pour mieux le contempler. L’espérance chrétienne est le fondement de la vraie recherche silencieuse du croyant. Le silence n’est pas effrayant ; au contraire, il est l’assurance de rencontrer Dieu.

Robert cardinal Sarah

La force du silence / Contre la dictature du bruit

Editions Fayard

 

Notre monde n’entend plus Dieu…

« 74 – Notre monde n’entend plus Dieu car il parle continuellement, à un rythme et à un débit foudroyants, pour ne rien dire. La civilisation moderne ne sait pas se taire. Elle soliloque encore et toujours. La société postmoderne refuse le passé et regarde le présent comme un vil objet de consommation : elle envisage l’avenir à travers les rayons d’un progrès presque obsessionnel. Son rêve, devenu une triste réalité, aura consisté à enfermer le silence dans un cachot humide et obscur. Il y a désormais une dictature de la parole, une dictature de l’emphase verbale. Dans ce théâtre d’ombres, il ne reste qu’une blessure purulente de mots mécaniques, sans relief, sans vérité et sans fondement. Bien souvent, la vérité n’est plus qu’une pure et fallacieuse création médiatique corroborée par des images et des témoignages fabriqués.

Dès lors, la parole s’efface, inaccessible et inaudible. La postmodernité est une offense et une agression permanentes contre le silence divin. Du matin au soir, du soir au matin, la silence n’a plus aucun droit : le bruit veut empêcher Dieu lui-même de parler. Dans cet enfer du bruit, l’homme se désagrège et se perd ; il est morcelé en autant d’inquiétudes, de fantasmes et de peurs. Pour sortir de ces tunnels dépressifs, il attend désespérément le bruit afin que ce dernier lui apporte quelques consolations. Le bruit est un anxiolytique trompeur, addictif et mensonger. Le drame de notre monde ne se comprend jamais mieux que dans la fureur d’un bruit vide de sens qui hait obstinément le silence. Cette époque déteste ce à quoi nous porte le silence : la rencontre, l’émerveillement et l’agenouillement devant Dieu. »

Cardinal Robert Sarah

La force du silence

Editions Fayard, 2016

 

Domine, salvam fac Galliam

Peu importe le résultat de la finale de la coupe du monde de football, l’important est ailleurs.

Prière pour la France du VIe ton royal

Domine, salvam fac Galliam
et exaudi nos in die qua invocaverimus te.

Seigneur, sauvez la France, et exaucez-nous lorsque nous vous invoquons.

 

 

Pour en savoir plus

Joyeux Noël !

Voici trois tintements comme trois coups de flûtes,
Trois encor ! trois encor ! L’Angélus oublié
Se souvient, le voici qui dit : Paix à ces luttes !
Le Verbe s’est fait chair pour relever tes chutes,
Une vierge a conçu, le monde est délié !
Paul Verlaine, Bournemouth, in  Amour,  mars 1888 chez Vanier
Adoration des Bergers, Charles-André dit Carle VANLOO