L’histoire de Metz dans ‘La Moselle touristique, économique et historique’ de 1967

Au confluent de la Moselle et de la Seille, étalée sur plusieurs îles, Metz, l'une des plus vieilles et des plus puissantes villes des Gaules, l'antique capitale de l'Austrasie où régna Brunehaut, qui connut les drames tragiques de notre lointaine histoire, qui fut le berceau des Carolingiens et le centre de leur vaste empire, qui [...]

L’architecture de Saint-Vincent par René Bour

"Les bâtiments conventuels des nombreuses et très riches abbayes messines ont disparu, sauf ceux de Saint-Pierre-aux-Nonnains, un moment abbaye féminine. Toutefois, l'abbaye bénédictine de Saint-Vincent, fondée en 968 par Thierry 1er, a duré jusqu'à nos jours. Son église, paroissiale depuis la révolution, a été commencée en 1248 par l'abbé Warin. Les immenses richesses du monastère firent [...]

Metz vers la fin des années 1940

Carte postale qui doit dater de la fin des années 1940 : le temple de garnison y est encore à peu près entier (la toiture a brûlé en 1946, et la nef et le choeur ont été dynamités en 1952), le Moyen-Pont n'a pas encore été reconstruit après la destruction de trois arches par les [...]

Les singes de Saint-Vincent

"Dans l'imagerie romane, les singes tiennent souvent un rôle identique à celui réservé au fou ou au bouffon des cours royales. Ces animaux contrefont les gestes des personnages reconnus par les hommes, rois, puissants et sages. C'est la raison pour laquelle les singes se coiffent de la mitre tout comme le font les ânes dans [...]

Prier au coeur des villes

Le père Pierre-Marie Delfieux, fondateur des Fraternités monastiques de Jérusalem, est retourné à Dieu ce 21 février 2013. Après deux années passées au désert à Tamanrasset, le père Pierre-Marie a eu l'intuition que nos villes étaient de bien plus grands déserts spirituels que les étendues de pierre et de sable les plus arides. Il a fondé [...]

Saint-Vincent vue par Auguste Migette

"Le 7 juin 1878, vers le matin, je suis allé à l'église Saint-Vincent. En entrant, j'ai revu avec plaisir les jolies portes du XVIIIe siècle, couvertes de sculptures d'un dessin si bien trouvé et sans aucune hésitation apparente. Le sommet triangulaire du fronton de l'ordre corinthien qui termine la façade était surmonté d'un vase comme [...]