L’élève Paul Verlaine vu par Henri Troyat

Article paru dans le Figaro du 3 juillet 1998, ou comment la découverte de la magie des mots peut changer un destin (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :   Pour rappel, la maison Verlaine, au 2 rue Haute-Pierre (près du palais de justice), est ouverte au public du mardi au dimanche, visites à 15h15 et 16h30 [...]

Verlaine : « Tu vas magnifiant ce par quoi tu péris… »

Malheureux ! Tous les dons, la gloire du baptême,Ton enfance chrétienne, une mère qui t'aime,La force et la santé comme le pain et l'eau,Cet avenir enfin, décrit dans le tableauDe ce passé plus clair que le jeu des marées,Tu pilles tout, tu perds en viles simagréesJusqu'aux derniers pouvoirs de ton esprit, hélas !La malédiction de [...]

Aux Veilleurs…

Non, ce n'est pas le titre de ce poème de Paul Verlaine extrait de Sagesse (I, XXI), mais c'est une petite dédicace adressée à ce magnifique mouvement de jeunesse pacifique qui s'est levé à Paris et sans doute bientôt dans toute la France... Car derrière la dénaturation de la famille et la désacralisation d'une basilique millénaire, [...]

‘Metz’ par Paul Verlaine

Poème écrit à Paris le 17 septembre 1892 (dans Invectives), d'une étrange actualité... "Je déteste l'artillerieQui se moque de la PatrieEt du grand nom de Français.Et j'abomine l'AnarchieVoulant, front vide et main rougie,Tous peuples frères - et l'orgie !Sans autre forme de procès. Tous peuples frères ! Autant direPlus de France, même martyre,Plus de souvenirs, même [...]

Le Moyen Âge vu par… Paul Verlaine

(...)C'est vers le Moyen Âge énorme et délicatQu'il faudrait que mon coeur en panne naviguât,Loin de nos jours d'esprit charnel et de chair triste. Roi, politicien, moine, artisan, chimiste, Architecte, soldat, médecin, avocat,Quel temps ! Oui, que mon coeur naufragé rembarquât Pour toute cette force ardente, souple, artiste ! Et là que j'eusse part - quelconque, chez [...]