Mots-clefs

,

Texte inédit découvert récemment à la Bibliothèque nationale par Raphaël Zacharie de Izarra (source) :

« Derrière la pierre battait un coeur. De ses sommets ventés émanait
un chant sourd et mélodieux. Les têtes vertigineuses dominaient la
Beauce. Noir et majestueux, le vaisseau gothique semblait sillonner
ciel et temps, traversant les siècles chartrains avec la dignité d’un
prince, indifférent à l’agitation des vivants, défiant le temporel
et ses idoles, toisant définitivement l’Histoire et les mortels.

Entre les arcades, des flammes. Dans le vitrail, l’azur. Sous les
voûtes millénaires, la lumière.

En passant du dehors au dedans, je pénétrais dans une ombre qui
n’était pas ombre, mais feu, joie, vie. J’oubliais la matière, et ne
voyais que l’essentiel. La pierre était prière. Le grain de
poussière, l’Univers entier. Le silence, une porte d’entrée sur le
Mystère. La rosace, l’oeil divin s’ouvrant sur l’infini.

Et ce qui à cet instant précis me donnait des ailes, ce qui à
travers un frisson fulgurant dont je n’oublierai jamais l’exquise
brûlure m’élevait à la hauteur des étoiles et de la souffrance
humaine, c’était l’Amour. »

Charles Péguy

File:Loire Eure Chartres5 tango7174.jpg

Publicités