Mots-clefs

, ,

Saint Bernard (1091-1153), abbé cistercien et docteur de l’Église
Sermon pour la Toussaint

Avec tous les Saints

     Frères, le premier désir que le souvenir des Saints éveille en nous, c’est de jouir de leur compagnie; c’est de mériter d’être les concitoyens et les compagnons des esprits bienheureux. C’est de nous mêler à l’assemblée des Patriarches, à la troupe des Prophètes, au groupe des Apôtres, à la foule immense des Martyrs et des Confesseurs, et aux chœurs des Vierges. En un mot, d’être unis et joyeux ensemble dans la Communion de tous les Saints. Frères, cette Église des premiers nés nous attend et nous sommes négligents ! Les Saints nous désirent, et nous n’en tenons aucun compte ! Les Justes nous espèrent, et nous n’y prenons pas garde ! Réveillons-nous enfin, mes frères ! Ressuscitons avec le Christ, cherchons les réalités d’en haut, goûtons-les. Désirons ceux qui nous désirent, hâtons-nous vers ceux qui comptent sur nous, allons au-devant de ceux qui nous attendent !

     Dans notre communauté d’ici-bas, nulle sécurité, nul repos ; et pourtant déjà ici, qu’il est bon et agréable pour des frères d’habiter ensemble (Ps 133) ! Par le fait même de partager avec des frères qui n’ont avec nous qu’un cœur et une âme en Dieu, tout devient supportable. Combien plus douce, plus heureuse sera l’union où aucun soupçon n’existera plus, aucune occasion de désaccord, où la charité parfaite nous liera tous dans une alliance indissoluble ! Alors, comme le Père et le Fils sont un, ainsi nous aussi, nous serons un en eux.

     Mais c’est non seulement la compagnie, mais aussi le bonheur des Saints que nous devons souhaiter ; si nous désirons leur présence, nous ambitionnons aussi leur gloire avec ardeur. Ambition nullement pernicieuse, recherche de gloire sans danger, car nous disons, en effet: « Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, mais à ton Nom donne la gloire! » (Ps 115)

Source : Per Ipsum

IMG_0352

Publicités