De ce séjour si beau, tu ne vois à présent que le triste tombeau…

« C’est là qu’on foule aux pieds les douceurs de la vie,

Et que dans une exacte et sainte austérité,

À l’abri de la vérité,

On triomphe des traits de la plus noire envie.

Mais, hélas ! Gémissons. De ce séjour si beau

Tu ne vois à présent que le triste tombeau,

Depuis que la Vertu, qui régnait dans ce temple,

Succombe sous l’effort et sous la dureté

De ceux qui ne pouvant la prendre pour exemple

L’immolent à leur lâcheté. »

RL250812_titre

Jean Racine, Trois épigrammes, III Sur le Port-Royal, Poésie / Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s