Mots-clefs

,

On ne peut s’empêcher de penser, à entrer dans le détail de la basilique Saint-Vincent, que certains tailleurs de pierre devaient bien s’amuser en faisant leur travail… Ainsi, que vient donc faire cette tête qui semble sortir du mur dans le transept sud, près de l’angle du choeur ?

D’aucuns pensent qu’il pourrait s’agir de l’architecte contemplant son oeuvre avec, à juste titre, une satisfaction légitime. Il est vrai que d’où il est, la vue doit être particulièrement belle et impressionnante.

« L’entreprise sera dédiée à des générations de frères ; l’atmosphère du lieu habité procèdera de l’inspiration initiale. L’édifice terminé en contient indéfiniment la substance. Plus, à l’origine, l’intensité et la puissance de la pensée composeront avec générosité, pureté, piété, avec tendresse et espérance, avec courage et orgueil, plus se refléteront dans les âmes de mes frères les harmonies, les émotions perceptibles et propres à chacune de leurs sensibilités. (…)

Sous les voûtes de l’église, fraîche en toutes saisons, lieu où les chants s’élèvent, se brisent, se multiplient dans une grave résonance, l’âme s’illuminera autant par les effusions de la prière que par l’envoûtement d’un paradis de pierres. »

Fernand POUILLON
Les pierres sauvages
Publicités