« Il souffrait tout à l’heure, c’est vrai, mais maintenant il va mourir. La grande croix dans la nuit faiblement remue avec le Dieu qui respire. Tout y est. Il n’y a plus qu’à laisser faire l’instrument qui du joint de la double nature inépuisablement, de la source du corps et de l’âme et de l’hypostase, exprime et tire toute la possibilité qui est en lui de souffrir. Il est tout seul comme Adam quand il était dans l’Eden. Il est pour trois heures seul et savoure le Vin, l’ignorance indicible de l’homme dans le retrait de Dieu. »

Extrait de la douxième station du « Chemin de croix » de Paul Claudel

Publicités