« (…) si Dieu n’habite pas que les églises, celles-ci conservent une importance pour l’ensemble de la population, que l’on soit chrétien ou pas, pratiquant ou pas. Je remarque souvent que ceux qui se battent pour sauver une église en danger se comptent davantage dans les rangs de ceux qui n’y mettent pas les pieds que dans ceux qui s’agenouillent devant les autels, pour reprendre la fameuse formule de Maurice Barrès.

C’est parce que je crois ces édifices capables de parler même quand les hommes deviennent muets, que j’ai envie, avec d’autres, de les défendre, de les promouvoir, de les rendre vivants et rayonnants. Ces églises nous parlent, dis-je. Mais de quoi ? De notre identité, de notre histoire, de ceux qui nous ont précédés, de la nécessité de la communauté, de notre intériorité, de sérénité et de paix, de notre désir d’éternité, de la transcendance et de la verticalité dans un monde enclin à proposer l’horizontalité. Elles nous invitent également à percer les mystères de la vie : qui sommes-nous ? Pourquoi sommes-nous là ? Que voulons vivre ? Et après la mort ? A interroger le sens de nos vies communautaires comme de nos vies personnelles. Ces églises sont nos racines et nos ailes…

Comme vous le dites, Dieu est pur esprit et pas confiné dans les églises. Mais ces églises sont aussi là pour nous dire qu’Il se tient là au milieu des hommes… A leur disposition s’ils le souhaitent (et si les portes des églises demeurent ouvertes).

Ne désespérons ni des hommes, ni des églises… »

Benoît de Sagazan, Patrimoine en blog, 6 décembre 2011

HEUREUX NOËL A TOUS !

Publicités