Saint Vincent bien vivant !

Si le début de la construction de l’église abbatiale telle qu’on peut la voir actuellement date de 1248, une précédente église existait auparavant, datant de la création de l’abbaye en 968 par Thierry 1er, évêque de Metz et cousin de l’empereur Otton 1er. Mais il y avait sans doute déjà bien longtemps avant, au même endroit ou dans les environs proches, un oratoire, ou peut-être une chapelle, dédié à Saint Vincent, entouré uniquement de champs et de vignes, d’où le choix de Vincent de Saragosse comme saint patron.

Ce sont les Romains qui ont introduit la vigne tout au long de la rivière Moselle. Le poète Ausone, originaire de Bordeaux (Burdigala à cette époque, 309-394), et dont une rue près de la gare de Metz porte le nom, n’écrit-il pas :

« Je revis alors comme une image de ma patrie, de Burdigala, de sa brillante culture, à l’aspect riant de toutes ces villas dont les faîtes s’élèvent au chant des rivages, de ces collines où verdoie Bacchus, et de ces belles eaux de la Moselle qui roulent à leurs pieds avec un doux murmure.

Salut, fleuve béni des campagnes, béni des laboureurs ; les Belges te doivent ces remparts honorés du séjour des empereurs ; fleuve riche en coteaux que parfume Bacchus, fleuve tout verdoyant, aux rives gazonneuses (…). »

(Source et texte complet d’Ausone sur la Moselle ici)

Ausone n’était d’ailleurs pas un inconnu pour les moines de l’abbaye de Saint-Vincent, puisqu’au-dessus de la porte entre le cloître et le jardin des moines (aujourd’hui dans l’enceinte du lycée Fabert) se trouve inscrit un de ses vers : « Sunt etiam musis sua ludicra« , c’est-à-dire « même les muses ont leurs distractions ».

Si la production de vin en Lorraine reprend doucement mais sûrement, elle a depuis longtemps retrouvé son dynamisme au Grand-Duché et en Allemagne (il suffit de prendre le train de Luxembourg à Coblence pour s’en convaincre, qui longe la Moselle et des dizaines de kilomètres de vignes).

Producteurs lorrains, luxembourgeois et allemands de vins de Moselle ont décidé de s’unir pour la création d’un label européen. La toute jeune confrérie Saint-Urbain de Guentrange (Thionville) a décidé de se dédier à la joie de vivre, à la gastronomie, aux vins et aux produits du terroir de la Moselle, depuis sa source jusqu’au Rhin !

De bien belles occasions en perspective donc de continuer à fêter chaque 22 janvier Saint Vincent dans notre région !

 

Publicités